enkhuizen-1

Au fil de l’eau à Enkhuizen

Pour qui aime le contraste de la nature et de l’architecture, tout en bénéficiant d’un très bel environnement, rendez-vous à Enkhuizen, l’un des plus beaux villages des Pays-Bas. a commune couvre 116 kilomètres carrés, dont 104 sont susceptibles d’être submergés. Une situation que l’on ne peut retrouver qu’aux Pays-Bas, dans l’une de ces villes où il est plus facile de réserver une place au port qu’un emplacement de parking dans le centre-ville. Enkhuizen, située dans le nord du pays, à ó5 kilomètres d’Amsterdam, illustre parfaitement la symbiose entre ville et mer, d’une cité façonnée depuis des siècles par son combat contre l’eau. Port sur le Zuiderzee, elle voit le jour au XIIe siècle. Rapidement devenue un centre de la chasse à la baleine et de la pêche aux harengs, elle impose sa puissance commerciale. Au Siècle d’Or, cette renommée lui vaut de devenir l’un des six bureaux, ou Kamers, de la VOC, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, fondée en 1595 et qui détenait le monopole du commerce entre le cap de Bonne-Espérance et le détroit de Magellan.

Le commerce d’épices, d’armes et de caoutchouc assurera prospérité et croissance démographique d’Enkhuizen, qui comptera jusqu’à 40000 habitants et rivalisera avec Amsterdam. Une fortune vite ruinée : en 1625, sa flotte de pêche, forte de 400 vaisseaux, est détruite. Quelques années plus tard, une épidémie de peste décime sa population et, au XVIIe siècle, l’ensablement progressif du port condamne les marchands à un exode vers Amsterdam. La construction de l’Afsluitdijk, la digue érigée sur le Zuiderzee, asséna le coup de grâce au port. Enkhuizen reprit les rênes de son destin en valorisant sa situation et son patrimoine historique et en devenant une destination touristique.

Aujourd’hui, si la ville recense à peine 12000 habitants, elle abrite l’un des ports de plaisance les plus étendus et les mieux équipés de la mer du Nord et une destination phare pour les familles attirées par son parc d’attraction, le Sprookjeswonderland. Quant aux visiteurs étrangers, ils se plairont à humer l’atmosphère d’antan au gré de leurs promenades dans la Westerstraat, la rue principale, avec ses palais, gothiques tardifs ou renaissants, bâtis par les marchands du Siècle d’Or, tout en admirant le Weeshuis, un orphelinat (1611), une pharmacie (1625), une église du XVe siècle, la Zuiderkerk, ou le Waag, le poids public du XVle siècle aménagé en musée. Au centre de la ville, ils visiteront la Westerkerk, une église gothique à trois nefs et ses admirables sculptures en bois et une très belle balustrade dans le chœur. Devant l’église, on peut y voir une tour en bois datant de 1519 et, en face, le Munt, l’hôtel de la Monnaie, du XVe siècle. Mais ce sont surtout les fortifications, l’enceinte ourlée par un gracht (canal) et l’entrée du Spui (le vieux port), le Dromedaris, une tour de l’époque de la Compagnie des Indes, et son carillon, symboles de la ville, qui confèrent à Enkhuizen son cachet unique. Un prendra acte du riche passé de la ville en visitant près du port, le Zuiderzee Museum. Il comporte deux sections, le Binnenmuseum, installé dans un vaste entrepôt du XV|I° siècle de la Compagnie des Indes et dédié à l’histoire locale, et le Buitenmuseum, en plein air, qui présente plus de cent édifices historiques hollandais reconstitués (maisons, fumoirs et saurisseries, pharmacies, fours à chaux, églises et moulins à vent). On y arrive, bien sûr, en bateau parce qu’à Enkhuizen la vie vient de l’eau.

Categories: tous, voyage insolite Europe