voyage-insolite

Explorer le parc national de Bayerischer Wald

Partez à la découverte de l’un des plus beaux parcs nationaux d’Europe, le Bayerischer Wald à cheval entre l’Allemagne et la République Tchèque. Non loin de Munich, dans l’âme de cette Europe sillonnée d’autoroutes, existe encore un trésor caché. En ce lieu, vierge, envoûtant, se dresse 1’une des forêts qui jadis tapissaient le continent. Ici, le temps a suspendu son vol, et 1’envie nous gagne d’y voir revivre nos ancêtres, lors d’une battue aux sangliers, de la célébration d’une divinité… De ces bois originels, aux écosystèmes variés, ne subsistent aujourd’hui que des fragments, dont l’un est protégé par le parc national. Ce vaste territoire de 13 000 hectares enfoui dans la grande forêt de Bohême, qui se prélasse sur plus de 200 000 hectares, étend essentiellement son empire au-delà de la frontière tchèque. Plutôt uniforme en apparence, l’univers du Bayerischer Wald (<< la forêt de Bavière ››) est en réalité aussi bigarré qu’hétéroclite. En se hissant vers des altitudes plus élevées, comme la cime du Grosser Rachel, on croisera, en l’espace de quelques kilomètres, une variété de climats et de végétation digne d’un long périple à travers l’Europe, de son cœur jusqu’à son extrême nord.

voyage-insolite

Le parc mène une politique de préservation de sa flore, mais aussi de sa faune, épousant véritablement les conditions naturelles. Ainsi, dans les régions les plus précieuses de la forêt, comme aux abords du lac Rachel, personne n’a arraché un tronc d’arbre depuis près d’un siècle! Il s’agit là d’un principe fondamental pour les communautés biologiques du Bayerischer Wald, puisque la décomposition de la végétation constitue la base de nombreuses chaînes alimentaires et assure la survie des espèces peuplant le parc. Il n’est pas rare, par conséquent, de buter contre des arbres morts, tantôt déracinés et couchés au sol, tantôt le fût fièrement tendu vers le ciel, recouverts de champignons gris extrêmement durs, déployés à la manière d’un éventail et en partie responsables de la mort de la plante. Loin d’être le symptôme d’une forêt égrotante, ils sont le signe de son incessante renaissance.

vi

Le bois tendre et marcescent constitue la base du régime alimentaire de nombreuses espèces d’insectes qui à leur tour seront gobés par d’autres animaux tels que les pics. Ces oiseaux creusent des cavités dans le tronc des vieux arbres pour y découvrir leurs repas, mais également pour y confectionner leur nid. Une fois que les pics auront abandonné leur antre, d’autres oiseaux, tels que la chouette de Tengmalm, beaucoup moins armée pour évider le bois, viendront s’y installer. Les nouveaux locataires choisiront leur logis avec le plus grand soin et auront tendance à se diriger vers les cavités creusées par certaines espèces de pics, qui réalisent des demeures dont la taille et la forme conviennent davantage à leurs besoins. Ainsi, la chouette préférera l’antre du pic noir, le plus grand de tous les pics européens. Partout de délicats tapis de mousses et de lichens habillent cette forêt, la ponctuant d’images de conte de fées. Afin de ne pas corrompre l’intégrité du sous-bois, la visite du Bayerischer Wald s’effectuera uniquement le long de sentiers balisés. S’il en était autrement, les innombrables visiteurs qui chaque année parcourent ces lieux auraient tôt fait de leur porter irrémédiablement atteinte. D’autre part, les balades à pied, au fil des 200 kilomètres de sentiers balisés, représentent le meilleur moyen de pénétrer l’intimité de la forêt. L’organisation du parc est excellente : panneaux d’information, bibliothèques, aires aménagées pour les enfants et parcours à thème offriront au visiteur un voyage respectueux du milieu dans l’âme d’un environnement désormais rare en Europe.

vi2

Le territoire est hanté de forêts mixtes où hêtraies, sapinières et pessières marquent la cadence. Des arbres d’âges différents, une succession cle bois touffus et de clairières, de coussins de mousse aux infinies nuances de Vert associés aux espèces du sous-bois, aux lichens et aux champignons confèrent aux zones les plus sauvages du Bayerischer Wald un charme ineffable, sources d’observations sans fin qui raviront les visiteurs. Les tourbières, ces zones marécageuses où l’eau stagnante ralentit la décomposition des Végétaux, représentent l’un des milieux les plus intéressants du parc. Il s’agit d’environnements riches à plusieurs égards.

Pour bien préparer votre séjour : http://www.nationalpark-bayerischer-wald.de/ le site officiel du parc.

Categories: voyage insolite Europe