silver

Silver City, une ville fantôme

Imaginez une vieille ville au fin fond des Etats-Unis, aux bâtiments plus ou moins bien conservés, datant pour la plupart des années 1860. Imaginez une ville où les services municipaux n’alimentent pas la ville en électricité, et où l’on ne trouve ni restaurant, ni station-service. Silver City est ce qu’on nomme une ville fantôme. Située dans le sud-ouest de l’Idaho, elle rappelle avec nostalgie le passé glorieux et fascinant du Far West. Silver City se distingue de la multitude des villes fantômes de l’Ouest américain en ce qu’elle n’est ni totalement moribonde ni piège à touriste : elle offre donc à ses visiteurs une expérience unique, et incarne parfaitement la mémoire de l’apogée de la ruée vers l’or de l’Idaho. La plupart de ses édifices et mines sont dans un état de délabrement avancé, mais 70 bâtiments environ ont été préservés et accueillent aujourd’hui expositions, boutiques… et les quelques résidents qui y passent la belle saison ! Silver City a été fondée en 1864, après la découverte de gisements d’argent au mont War Eagle, dans la chaîne de Owyhee. Mineurs, colporteurs, prostituées, bandits et hommes de loi itinérants y affluèrent. À son zénith, la ville comptait 2500 habitants, tous impliqués dans l’extraction du précieux métal (ou prompts à délester les mineurs d’un salaire durement gagné). En flânant au gré des ruelles, l’on peut y admirer le Masonic Hall, où se tenait tous les ans un bal masqué, et ce qui fut la pharmacie, l’épicerie, le salon de coiffure, ou encore les bains publics. Les coteaux environnants sont piqués de cimetières, dernières demeures de mineurs ayant brûlé la vie par les deux bouts. Plus de 200 mines d’or et d’argent étaient exploitées dans la région. Cependant, mieux vaut résister à la tentation d’y pénétrer : elles ne sont pas sécurisées et ceux qui s’y aventurent courent un danger mortel.

silver silver2

Categories: voyage insolite Amérique