palmarin

Voyage à Palmarin

Dernièrement, nous avons organisé un incentive à Palmarin, au Sénégal. Un événement qui a visiblement séduit les participants, notamment pour son lodge. Ce lodge-là, c’est en soi une aventure. En 2001, Sylvie et Jean-Pierre Gaborit s’installent à Palmarin, tout près de la mer, à 150 kilomètres au sud de Dakar. Un pays de terres sableuses, de mangrove, d’eau salée, de palmiers, sans eau ni électricité. Qu’à cela ne tienne ! Quatre puits sont creusés et 38 panneaux solaires couvrent la quasi-totalité des besoins en électricité. Une même veine écologique organise la vie du lodge : déchets triés, eaux usées filtrées, énergies économisées. Pas de congélateur ou de climatisation, pas d’eau chaude au robinet (elle est fournie dans des seaux à la demande), pas de lumière électrique : la lueur des lampes à pétrole éclaire les calmes soirées, que seuls troublent les bruissements des animaux nocturnes. Un point de chute idéal pour une expérience authentique qui rapproche, loin de la tentation des écrans et des smartphones !

Treize habitations, composées au minimum d’une chambre, d’une salle de bains et d’une terrasse, accueillent les visiteurs. Soit sur l’eau avec de jolies cases rondes sur pilotis, toit de paille, murs et planchers en bois ; soit sur la terre, avec de belles petites maisons en pisé au décor assez spartiate ; soit en l’air, avec des cabanes de bois nichées entre les branches de majestueux baobabs ! Emblème du Sénégal, cet arbre magnifique peut atteindre 12 mètres de diamètre et vivre 2 000 ans. Et, lorsqu’il ne sert pas de perchoir, ses vertus sont multiples : ses fruits acidulés, appelés « pain de singe », sont par exemple très riches en vitamines ; la pulpe, qui soigne le paludisme, fournit aussi une boisson rafraîchissante ; ses graines, souvent consommées grillées, remplacent quant à elles le café, et ses feuilles, séchées et réduites en poudre, se mélangent aux céréales et aux sauces. Sans parler de son écorce, utilisée pour fabriquer des cordages, ou de sa sève, qui entre dans la fabrication du papier ! Le séjour peut être l’occasion de goûter à quelques délices de la cuisine sénégalaise (zébu mariné aux épices, sorbet de concombre…) et de se promener en pirogue à travers les lacis de la mangrove. La visite de Palmarin et de ses « quartiers » permet également de découvrir cette région dominée par la très ancienne ethnie sérère, qui vit principalement de la pêche, de la production de vin de palme et de la récolte de sel.

Categories: tous